Comment lire et tracer un patron de couture

Dans cet article je vais vous expliquer comment lire votre patron, le tracer, pourquoi utiliser un patron, quelles sont les significations des différents symboles et comment faire dans le cas des pinces.

Pourquoi utiliser un patron de couture?

On utilise un patron de couture pour créer un vêtement. Chaque vêtement est créé à partir d’un patron. Le patron est étudié de façon à ce que les pièces du vêtement aient la bonne forme et qu’elles s’assemblent correctement entre elles pour former le vêtement final.

Un patron peut être composé de formes géométriques simples comme des carrés (c’est le cas souvent des accessoires). Dans ce cas des explications au format texte suffiront. D’autres fois, le patron est composé de formes plus complexes. Dans ce dernier cas, le patron sera fourni au couturier.

Vous pouvez acheter un patron au format papier avec des feuilles souvent de taille A0 ou l’acheter en ligne au format pdf. Il faudra alors imprimer le pdf au format A0 ou sur des feuilles A4 que vous assemblerez ensuite. Lorsque vous imprimez votre patron au format pdf prenez garde à vérifier l’échelle, un petit carré doit être présent sur une page du patron. Ce carré doit mesurer une fois imprimé la longueur indiquée.

imprimer un patron
Exemple de carré présent sur un patron. Dans ce cas une fois imprimé le carré doit mesurer 5cm de côté.

Quelles informations contient le patron de couture?

Le patron de couture en plus des pièces qui composent le vêtement contiendra:

  • La gamme de montage de votre vêtement: c’est-à-dire les étapes à réaliser pour coudre votre vêtement
  • Un liste du type de textile adaptés au patron
  • La quantité de textile nécessaire
  • Le nombre de pièces composant votre vêtement
  • Le tableau des tailles avec les mensurations correspondantes
  • La valeur des marges de couture si celles-ci sont incluses dans le patron
  • Le plan de coupe du patron

La gamme de montage de votre vêtement: c’est-à-dire les étapes à réaliser pour coudre votre vêtement. Dans ce petit document joint au patron vous trouverez l’ordre dans lequel assembler vos pièces, le type de couture à réaliser, des schémas ou dessins pour vous aider à coudre votre vêtement.

Le type de textile: chaque patron ne peut pas être réalisé dans tous les textiles. En effet, les caractéristiques du textile peuvent limiter son utilisation. Par exemple un vêtement prêt du corps sans aisance devra être réalisé dans un textile élastique de façon à épouser les formes du corps et vous permettre de respirer.

La quantité de textile: Chaque patron vous indiquera la quantité de textile dont vous aurez besoin en fonction de la taille dans laquelle vous allez réaliser le patron.

Le nombre de pièces: si votre planche à patron contient plusieurs modèles, le nombre de pièces et le numéro des pièces correspondantes à votre modèle seront inscrits dans les explications.

Le tableau des tailles: tout comme dans le prêt-à-porter, en fonction de la marque du patron, du modèle il se peut que vous réalisiez vos patrons dans différentes tailles. Prenez vos mensurations et regardez la taille à choisir en fonction du tableau. Cette étape est primordiale car il serait vraiment dommage qu’après plusieurs heures de travail vous ne puissiez pas porter votre création. Pour vous aider j’ai un guide ici.

La valeur des marges de couture: en fonction des marques et des modèles les marges de couture peuvent être incluses ou non dans le patron. Si les marges de coutures sont incluses, les explications vous donneront la valeur prévue (le plus souvent 1 cm). Pour les ourlets les marges de coutures sont différentes (souvent 3cm). Si les valeurs ne sont pas incluses, il faudra que vous les ajoutiez vous-même. Les valeurs préconisées seront également indiquées dans le patron.

Le plan de coupe: il vous indique comment placer vos pièces de patron sur votre textile. Le schéma vous indiquera si le textile doit être plié en deux.

lire un patron
Représentation schématique du pli

Comment lire et tracer le patron de couture?

Comment lire le patron de couture

Dans cette partie je vais vous expliquer comment étape par étape lire votre patron, vous trouverez les informations pour pouvoir correctement le réaliser.

1) Choisissez la taille dans laquelle vous allez réaliser le patron. Prenez vos mensurations. J’ai écrit un guide que vous pouvez trouver ici pour vous y aider. Les tailles sur le patron se distinguent par des lignes différentes.

2) Trouvez sur le patron la quantité de textile nécessaire pour votre taille. Faites attention à la longueur de laize indiquée dans les instructions. Souvent c’est une laize de 140cm mais cela peut varier.

3) Choisissez votre textile. Choisissez-le parmi la liste proposée pour vous faciliter la tâche. Si vous êtes plus expert vous pouvez tenter des expériences tant que vous prenez en compte les caractéristiques du textiles (tombé, élasticité)

4) Vous pouvez si besoin acheter le fil de la couleur du textile choisi.

5) En fonction des marques de patron, votre planche à patron contiendra un ou plusieurs modèles. Si il y a plusieurs modèles, il se distingueront par différentes couleurs. Sur la légende du patron regardez quelle est la couleur qui correspond à votre modèle. Vérifiez que vous repérez toutes les pièces de votre patron. Ensuite repérez le type de ligne (couleurs, pointillés, tirés…) correspondant à votre taille.

Vous êtes maintenant prêt à démarrer votre projet.

Comment tracer son patron

Pour tracer le patron vous aurez besoin de la planche à patron du modèle choisi et de papier à patron. C’est un papier calque qui permet de retracer le patron à la bonne taille en décalquant. Par exemple j’utilise ce papier à patron de chez Mondial tissu.

1) Repérez sur le patron vos pièces et votre taille (comme vu précédemment)

2) Coupez une feuille de votre papier à patron assez grande pour recouvrir la première pièce de votre patron sur la planche.

3) Placez la feuille sur la planche. Pour éviter les erreurs vous pouvez épingler la feuille de calque à votre planche à patron, ainsi les feuilles ne bougeront pas pendant que vous décalquez. A l’aide d’un crayon gris, passez au dessus de la ligne correspondant à votre pièce et votre taille.

4) Procédez de même pour les autres pièces du patron jusqu’à ce que vous ayez décalqué toutes les pièces qui correspondent au modèle que vous souhaitez réaliser.

5) Coupez les pièces selon les contours extérieurs

6) Vos pièces de patron sont prêtes à être placées sur votre tissu comme vous l’indique le plan de coupe. Veuillez à respecter les pièces qui doivent être placée dans le pli du tissu (le pli du tissu ne sera pas coupé). Coupez le nombre de pièces comme indiqué sur le patron.

Et si il y a :

Dans cette catégorie je vais vous parler des éléments supplémentaires qui peuvent être présents sur les patrons.

Des pinces:

Dans le cas où votre vêtement contient des pinces vous pouvez suivre ma méthode ici pour tracer et coudre simplement les pinces de votre patron.

Des symboles

En fonction des marques et des modèles il y aura différents symboles présents sur votre patron. Je vais ici vous faire une petite liste de symbole. Si vous rencontrez des symboles sur votre patron que vous ne connaissez pas et dont je n’ai pas parlé n’hésitez pas à m’envoyer une photo par mail je me ferai un plaisir de les ajouter. Dans un cadre il y a toujours une légende qui indique la significations des différents symboles.

Le droit-fil: Sur les patrons le droit-fil est marqué par une longue flèche. Cette flèche doit suivre le droit-fil c’est à dire être parfaitement parallèle à la lisière du tissu. Il est important de suivre le droit-fil du tissu car de cette étape dépendra: le tombé de votre pièce, la bonne orientation du motif, la bonne réflexion de la lumière et la bonne élasticité.

Lire un patron: le droit-fil
Le trait du droit-fil doit rester parallèle à la lisière sur toute sa longueur.

Repères: Sur un patron il y a des repères pour assembler les pièces. Ces repères aident le plus souvent à coudre ensemble des grandes pièces ou des manches par exemple. Ces repères peuvent se présenter sous forme de petits triangles. Ils doivent être mis deux à deux en vis-à-vis.

Boutonnières: Les boutonnières et emplacements des boutons seront indiqués sur le patron. Les boutonnières sont souvent représentées par une sorte de H. Le barre du milieu représente la hauteur de la boutonnière et les deux barres verticales la fin et le début. Cependant, cette longueur peut varier si vous n’utilisez pas la même taille de bouton.

Lire un patron les boutonnières
Emplacement d’une boutonnière. Choisissez la ligne qui correspond à votre taille (en fonction du type de ligne)

Les emplacements des boutons sont souvent représentés par des cercles avec parfois une croix à l’intérieur.

lire un patron: les boutons
Emplacement d’un bouton. Choisissez le cercle qui correspond à votre taille (en fonction du type de ligne)

Conclusion

Vous êtes désormais capable de lire et de tracer votre patron. Ces étapes peuvent sembler éloignées de la couture mais il est primordial de les faire avec patience et de les faire correctement car de ces étapes va dépendre la réussite de votre projet. En effet, si toutes les pièces sont coupées correctement cela va vous faciliter la compréhension des étapes et de l’assemblage.

Pour en savoir plus sur les textiles vous pouvez lire cet article, pour connaître la quantité de textile nécessaire pour réaliser votre projet vous pouvez lire cet article.
Enfin, si vous avez envie de vous lancer dans votre premier patron maison vous pouvez créer cette jupe droite.

3 habitudes couture du soir pour être heureux

Cet article est particulier et me permet de participer au carnaval d’article d’Irène du blog mon agenda bien être. Irène possède un blog orienté vers le bien-être, prendre du temps pour soi, se faire plaisir, avoir une bonne hygiène de vie. Un de ses articles que j’aime beaucoup et qui pourrait vous être d’une grande utilité est son article comment gagner 1h par jour pour soi. Vous pourriez utiliser ses astuces pour vous libérer une heure afin de coudre. Dans cet article je vais vous parler de mes 3 habitudes couture du soir qui me permettent de me détendre.

Comme nous en avions déjà parlé, la couture est une vraie source de bien-être et contribue à notre bonne santé physique et mentale. Vous pouvez lire mon article à ce sujet ici.

Cependant, la couture présente une limite: pour pouvoir coudre correctement, il faut avoir une bonne luminosité. En hiver, le soir tombe vite et il est difficile de pouvoir trouver du temps pour coudre jusqu’à l’heure du coucher. Dans cet article je vais donc vous partager mes 3 habitudes du soir en couture qui peuvent être faites avec moins de lumière et du fond de votre canapé.

Première habitude couture:

Cette habitude est la première car ça a été la plus facile et intuitive à mettre en place et c’est également la plus confortable: S’inspirer.

En effet, en couture (comme pour toute autre activité créative) il faut faire de la veille et s’inspirer de ce que d’autres couturiers font que ce soit les couturiers de haute couture ou les couturiers qui font ça pour le plaisir et également des modes des décennies précédentes.

Pour trouver de l’inspiration j’ai deux méthodes:

  • La première est sur mon téléphone, je regarde les créations sur Pinterest ou Instagram. J’aime énormément regarder ce que d’autres personnes créent, certaines personnes ont des idées de génie. L’inconvénient de cette méthode est que l’on passe du temps sur un écran ce qui n’est pas la meilleure option pour trouver le sommeil.
  • Ma deuxième méthode est donc de feuilleter des livres, des magazines. J’achète occasionnellement des livres de mode, je suis abonnées à Vogue, et j’achète des magazines de couture. Cette méthode permet de ne pas être exposé à la lumière bleue du téléphone qui excite le cerveau, et elle permet de se détendre tranquillement. Pour faire attention à mon budget j’aime aussi emprunter des livres dans les bibliothèques.
trouver de l'inspiration
Trouver de l’inspiration

Lorsque vous trouvez des sources d’inspirations: un col, une poche, un empiècement, vous pouvez enregistrer la publication de Pinterest ou Instagram, si vous êtes sur votre téléphone, ou alors corner la page/ mettre un marque-page à la page qui a attiré votre attention.

Deuxième habitude couture:

Une habitude que j’ai mis du temps à prendre en couture: est de prendre des notes sur mes projets en cours de réalisation ou réalisés. J’ai maintenant mis en place un petit carnet dans lequel je note le nom de mon projet, la quantité de tissu nécessaire et parfois quel tissu utiliser, j’aimerais ajouter l’habitude d’y agrafer un petit échantillon pour rendre ce carnet plus joli visuellement.

Je couds plus souvent à partir de mes propres patrons qu’à partir de patrons commerciaux, mais vous pouvez également ajouter dans ce carnet le modèle du patron utilisé et la marque.

Ensuite, le but est de le compléter au fur et à mesure de vos séances de couture sur le projet en question. Je vous conseille d’y noter la taille du patron choisie, toutes les modifications que vous avez mises en place, la marge de couture choisie, les petits trucs et astuces que vous avez mis en place ou développés pour mener à bien votre projet. Ces informations seront précieuses si vous souhaitez refaire un jour ce projet ou si vous cousez un autre projet et que vous vous retrouvez dans un cas similaire à ce que vous avez pu connaître dans ce premier projet. Ce carnet pourrait également aider une de vos copines de couture si elle se pose une question sur un projet que vous avez réalisé ou une marque de patron que vous avez déjà testée (je parle d’expérience 😉 ).

Carnet couture
Tenir un carnet

Ce carnet peut sembler inutile ou une perte de temps mais vous pourrez ainsi avoir un beau carnet qui regroupe toutes vos créations de l’année, on oublie parfois à quel point on a été productif ou toutes les supers idées que l’on a eues. Ce carnet sera également un gain de temps lorsque vous vous poserez certaines questions comme: comment ai-je réalisé cette étape à l’époque?

Troisième habitude

Cette habitude n’est pas directement liée à la couture mais il est très important le soir de se reposer, de prendre son temps de se mettre dans une énergie plus calme, plus sereine qui vous permettra de trouver le sommeil plus facilement.

C’est pourquoi lorsque je fais une des deux premières habitudes, je me mets dans mon canapé avec un bon plaid et une bonne tisane chaude qui me fait plaisir. Privilégiez les tisanes avec des plantes relaxantes et même les tisanes maisons qui sont meilleures pour la santé (et la planète). J’aime beaucoup me faire une tisane avec de la cannelle, de la sauge, du thym et du miel. Cette tisane aide à lutter contre le froid (la journée j’ajoute du gingembre) et elle permet de se calmer grâce à la sauge. Vous pouvez également ajouter un fond sonore avec des musiques de relaxation. Finalement ensuite, je vais me coucher, j’ai d’autres habitudes du soir qui n’ont aucun rapport avec la couture, peut-être que je pourrai vous en parler plus tard si vous êtes intéressé.

J’espère que cet article vous a plus. N’hésitez pas à me partager vos habitudes couture du soir j’en serais super heureuse. Si vous souhaitez en savoir plus sur Irène et son blog bien-être n’hésitez pas à lire ses autres articles ici.

Si vous voulez lire plus sur la couture et le bien-être vous pouvez lire mon article ici. Et finalement si vous voulez vous lancer dans un nouveau projet couture sur mesure avec la méthode de la coupe à plat vous pouvez aller voir le patron gratuit de mon top à basque ici.

Les textiles savoir les reconnaître, les coudre

Une compétence à acquérir au fur et à mesure que l’on apprend à coudre est de reconnaître les différents textiles, tissus et savoir les coudre. Les reconnaître permet d’appréhender les points forts et leurs points faibles pour réaliser notre projet couture; et apprendre les différentes astuces pour savoir les coudre permet d’obtenir de plus jolies finitions sereinement. De plus, connaître au mieux les textiles permet d’être plus créatif(ve) et de tenter de nouvelles aventures. Dans cet article je vais vous parler de différents types de textiles pour savoir les reconnaître et les coudre.

Pourquoi coudre différents types de textiles

Savoir coudre différents types de textiles permet de réaliser différents projets comme des accessoires, des vêtements avec plus ou moins d’élasticité, des tombés différents… Si vous souhaitez coudre une tenue complète maison il y a fort à parier que vous allez utiliser différentes matières. De plus, les matières varient également en fonction des saisons (en hiver on aura envie de matière plus chaudes et élastiques comme du jersey, en été des matières plus fines et fluides).

Liste des textiles

Je vais ici vous faire une liste (non exhaustive) des différents types de textiles. Si un textile de votre intérêt manque dans la liste n’hésitez pas à m’en parler je me ferai un plaisir de l’ajouter.

Le coton: C’est une fibre naturelle. C’est le textile de base avec lequel commencer pour plus de facilité. La plupart du temps, le coton est tissé c’est-à-dire qu’il y a un fil de chaîne et un fil de trame. Il y a donc un droit fil selon lequel placer vos pièces de patron. Le tombé du coton est souvent assez lourd (cela dépend également de la qualité et de l’épaisseur du textile). Le coton est une matière qui permet de réaliser de nombreux projets vestimentaires et accessoires.

Le cupro: c’est un textile composé de fibres artificielles obtenues après transformation des résidus de coton (fibres trop courtes pour être tissées). Ce tissu à une brillance et une douceur proche de la soie. Ce textile est tissé c’est-à-dire qu’il y a un fil de chaîne et un fil de trame. Il y a donc un droit fil selon lequel placer vos pièces de patron. Le cupro est biodégradable. C’est un tissu léger, qui ne se froisse pas. Il est thermorégulateur et hypoallergénique. Ce type de textile a un joli tombé (souple et harmonieux) et il est beaucoup plus fluide que du coton.

Le jean: Le denim utilisé pour coudre les jeans, il est composé le plus souvent de coton avec un pourcentage variable l’élasthanne. Le coton est une fibre artificielle tandis que l’élasthanne est une fibre synthétique. Il est tissé c’est-à-dire qu’il y a un fil de chaîne et un fil de trame, les pièces doivent être placées selon le droit fil. Le tissage est réalisé selon l’armure sergée qui crée la diagonale visible sur le denim. Le jean est un tissu souvent lourd et qui n’est pas fluide.

Le lin: C’est une fibre naturelle. C’est un textile tissé c’est-à-dire qu’il y a un fil de chaîne et un fil de trame. Il y a donc un droit fil selon lequel placer vos pièces de patron. C’est une matière qui est très facile à coudre. Cette fibre présente de nombreux avantages écologiques. Il existe comme pour le coton différentes épaisseurs de lin tissé. Le lin a un tombé lourd et une fluidité assez faible.

Le jersey: C’est un textile qui peut être composé de nombreuses matières. Le jersey est en fait tricoté et non tissé. C’est à dire qu’il n’y a ni fil de chaîne, ni fil de trame et donc pas de droit fil. Cependant, pour avoir la même élasticité sur tout le vêtement, placez toutes vos pièces dans le même sens de la maille en suivant le V de la maille. Le jersey peut être composé de coton, lin, fibre chimique (polyester…). C’est un textile qui a la particularité d’être extensible. Son tombé est souvent lourd avec une fluidité qui dépendra de son épaisseur et des matières qui le composent.

Le simili cuir: Le simili cuir est une matière chimique. C’est un textile au tombé lourd, il est souvent épais et très peu fluide. Ce textile ne possède pas de droit fil. Il y a cependant un sens à déterminer en fonction du sens du poil de simili cuir dans le cas de la suédine.

Le tulle: est un tissu transparent, léger, vaporeux. Il est formé d’un réseau de mailles lâches, rondes, carrées ou polygonales. Ce textile est composé d’un fil de chaîne et de deux fils de trame mais il n’y a pas de droit fil à suivre pour couper vos pièces. Le tulle est plus élastique dans sa largeur que dans la longueur. Pour avoir la même élasticité sur tout le vêtement placez-les dans le même sens. Il peut être composé de différentes fibres naturelles ou synthétiques. C’est un textile qui est recommandé pour créer du volume, des jeux de transparence. Il n’est pas conseillé de le porter directement sur la peau.

Le velours: est un textile tissé, il peut être composé de différentes fibres (coton, polyester). Les velours les plus courants sont le velours côtelé, le velours ras et le velours matelassé. Ce textile est tissé et possède un fil de chaîne et un fil de trame. Les pièces de patron doivent être coupées en respectant le sens du droit fil. Le tombé des velours est lourd.

La viscose: cette fibre est produite à partir de cellulose de bois extraite chimiquement. C’est un tissu très fluide. Ce textile est tissé et possède un fil de chaîne et un fil de trame. Les pièces de patron doivent être coupées en respectant le sens du droit fil. La viscose est un textile avec un joli tombé.

Le mélange lin-viscose: Ce mélange permet de donner plus de fluidité au lin, il permet également d’obtenir un tissu plus fin et plus léger. Le mélange des deux fibres change le tombé du tissu, le tombé est plus souple. Ce textile est tissé et possède un fil de chaîne et un fil de trame. Les pièces de patron doivent être coupées en respectant le sens du droit fil.

Tableau de conclusion

Tableau récapitulatif droit fil, fibres, tombé, fluidité
Tableau récapitulatif des différents textiles

Les différents tombés

Comment reconnaître ces textiles

1) Le textile est-il tissé ou tricoté?

La première étape consiste à savoir si le textile est tissé ou tricoté. En fait, ces deux types de textiles sont très différents. Les textiles tissés peuvent être facilement cousus à la machine, leurs propriétés telle que l’élasticité seront différentes d’un textile tricoté. Un textile tricoté pour garder son élasticité ne sera pas cousu avec un point droit; pour une plus jolie finition il faut le coudre à la surjeteuse.

Pour reconnaître le textile tricoté: il aura des mailles visibles et son élasticité sera plus grande et présente selon toutes les directions.

Un textile tissé est souvent élastique uniquement dans le sens de la trame (perpendiculaire aux lisières du tissu).

2) Reconnaître les tissés

Le coton est un textile assez épais, rigide. Il peut être tissé selon une armure toile, sergée (denim) ou satin. Son touché est plus rugueux que les fibres chimiques mais moins raide que le lin.

coton tissé
Exemple de coton tissé (mapetitemercerie)

Le cupro est un textile assez épais, très fluide. On peut le reconnaître par sa brillance, son touché doux. Il est très proche de la soie visuellement mais il est plus épais.

cupro
Exemple de cupro (prettymercerie)

Le jean ou denim on le reconnaît grâce à son tissage sergé. La diagonale créée par le sergé est caractéristique du denim. L’élasticité de ce tissu dépend de la présence ou non d’élasthanne.

Le lin tissé, ce tissu est plus épais, plus rigide, par rapport au coton la fibre est moins uniforme et la coloration met souvent en valeur cette caractéristique.

Lin tissé
Exemple de lin tissé et brodé (mapetitemercerie)

Le tulle, se reconnaît par ses mailles hexagonales. Son toucher est rugueux.

tulle
Exemple de tulle avec des strasses

Le velours, il peut être côtelé. Les côtes longitudinales peuvent être étroites ou larges. Le velours à poils ras, on le reconnaît car une face est lisse et l’autre présente un côté doux recouvert de petits poils.

La viscose, c’est un tissu souvent assez fin, fluide et avec un touché lisse.

viscose
Exemple de viscose (prettymercerie)

Le mélange lin-viscose ce mélange rend le lin plus fluide et plus doux.

mélange lin viscose
Mélange lin viscose

3) Les autres

Le simili-cuir, c’est un cuir synthétique, il se différencie du vrai cuir par son absence d’odeur. C’est un textile lourd, lisse sur l’endroit. La suédine présente sur son endroit de petits poils qui imitent le cuir gratté, le daim.

Le jersey, c’est un textile tricoté, il se reconnaît par la présence de maille. C’est le textile utilisé pour les tee-shirts, il peut être gratté sur une face, c’est le jersey utilisé pour faire les sweats à capuche par exemple.

Comment coudre ces textiles

Certains textiles sont faciles à coudre tandis que d’autres par leur fluidité, leur finesse, la présence de trous ou leur procédé de fabrication demande une manipulation spéciale.

Pour coudre les tissus comme le coton, le lin , le mélange lin-viscose, le velours; vous n’aurez besoin d’aucune astuce particulière ce sont des tissus assez épais et avec une bonne tenue qui sont faciles à coudre.

Le jean est un tissu plus épais. En fonction du modèle et de l’épaisseur choisie vous aurez ou non besoin d’une aiguille de machine à coudre spéciale jean (choisir son aiguille). Cette aiguille est renforcée et permet de coudre le jean sans se casser.

Pour coudre les tissus glissants (cupro, viscose) et le tulle vous pouvez faciliter la couture en prenant la couture en sandwich dans une feuille de papier de soie. Cela permet de créer un soutien du tissu et évite que celui-ci ne se coince dans les dents d’entraînement de la machine. Cependant, pour les tissus glissants faites un test afin de savoir si cette étape est nécessaire. Certains tissus glissants se cousent plus facilement que d’autres.

Coudre du tulle à l’aide de papier de soie

Pour coudre le jersey, afin de garder son élasticité il faut assembler les pièces à la surjeteuse ou les coudre au point zigzag. Il existe des aiguilles spéciales jersey avec une pointe arrondie (choisir son aiguille).

Le simili-cuir, ce tissu est plus délicat à coudre car si un trou est réalisé avec l’aiguille celui-ci restera visible: il est donc déconseillé de découdre. Il existe également des aiguilles spéciales cuir avec une pointe plus tranchante pour traverser la matière (choisir son aiguille). Pour coudre le cuir, il faut comme pour les matières glissantes utiliser du papier de soie mais cette fois dans le but de faire glisser le cuir. En effet la matière à tendance à se coller, le papier de soie permet d’éviter ça.

Cependant, afin de vous faciliter la vie et vous éviter des achats inutiles, faites toujours un test avec un échantillon. Prenez un échantillon et cousez-le sans papier de soie ni aiguille particulière. Si vous êtes satisfait du résultat, c’est parfait. Dans le cas où la matière ne glisse pas ajoutez du papier de soie entre la machine et le textile. Si le textile se coince sous la machine et se froisse au passage de l’aiguille ajoutez du papier de soie sous le textile et au dessus. Si votre aiguille force pour passer au travers du textile essayez une taille au-dessus et si le problème continue achetez une aiguille spéciale cuir ou spéciale jean.

Pourquoi je vous dis ça? La couture est une activité qui doit être un plaisir, un moment de détente, le but n’est pas d’acheter de nouvelles choses à chaque fois ni de remplir son espace de couture. De plus, faire ces petits tests permet de développer sa créativité et ingéniosité. Et parfois en fonction de la machine, de la matière ces outils ne sont pas nécessaires. J’ai déjà cousu du cuir de liège avec une aiguille classique.

Coudre du cuir de liège: aiguille classique taille 80, papier de soie sous la matière pour éviter le frottement (les deux cotés avance à la même vitesse sous l’aiguille)

Et si les astuces mises en place ne me permettent pas d’obtenir le résultat souhaité.

Si votre machine n’arrive pas à coudre votre projet voici plusieurs clés supplémentaires pour vous aider à atteindre votre objectif:

1) Commencez la couture à 1 cm du bord haut et ensuite remontez en marche arrière. Le fait qu’il y ai déjà de la matière sous le pied presseur au premier point peut aider la machine à démarrer et avoir un plus joli résultat.

2) Si un des deux tissus (dessus ou dessous) est entraîné plus vite que l’autre, essayez de mettre du papier de soie seulement au-dessus ou seulement en-dessous.

3) Si le fil se casse, vérifier votre tension, comme je vous l’explique ici.

4) Si le textile est trop compressé, vérifiez la pression du pied presseur.

Conclusion

Vous pouvez maintenant reconnaître les textiles et les coudre facilement. J’espère que cet article vous aura plu et vous permettra de vivre de belles séances couture.

Si vous cherchez un modèle pour vous lancer j’ai écris un modèle de patron sur mesure pour un jupe droite ici et pour un top à basque ici.

Pour en savoir plus sur le droit-fil, la trame et le fil de chaîne cliquez ici. Pour en savoir plus sur le choix de l’aiguille lisez cet article et pour régler la tension vous pouvez voir cet article.

Quel métrage (quantité de tissu) pour mon projet couture?

Dans cet article je vais vous expliquer comment connaître la quantité de tissu dont vous avez besoin pour un patron commercial ou un patron maison que vous avez créé. Avec cette technique vous saurez combien de mètres de tissu acheter pour tous vos projets couture.

1. pourquoi connaître la quantité de tissu nécessaire pour mon projet?

Si vous êtes entrain de penser à un nouveau projet, une des premières questions que vous vous posez est: dans quel textile vais-je réaliser ce projet (il arrive aussi parfois que ce soit le textile qui inspire le projet). Vous allez commencer vos recherches, et la quantité de textile nécessaire va rapidement devenir un point important à connaître (personnellement j’achète en ce moment sur Pretty mercerie ou Mondial tissu).

Si vous créez à partir d’un patron commercial, la plupart du temps la quantité de textile nécessaire est inscrite au niveau des instructions du patron, en fonction de la taille. Pour bien choisir votre taille, j’ai écris un guide pour vous aider, vous pouvez l’obtenir ici.

Si vous créez à partir d’un patron maison, il faut alors que vous ayez créé ce patron pour savoir exactement la quantité de textile nécessaire. Il existe cependant quelques règles qui vous permettront de connaître approximativement la quantité nécessaire en cas de coup de cœur.

2. La quantité de tissu nécessaire

Premièrement, si vous n’avez pas peur de voir les petits coupons de textiles s’accumuler chez vous ou en cas de coup de cœur, vous pouvez acheter une quantité de textile standard .

Je vais vous donner les quantités nécessaires de textiles (laize 140cm) pour plusieurs projets de base selon les tailles 36 à 40 pour une stature d’environ 1,65m et pour des vêtements simples. Vous pouvez aussi demander conseil aux vendeurs en magasin. Il vous faudra pour:

  • Une capuche: 1m
  • Une jupe droite: 1 m (2 m pour les plus grandes tailles)
  • Une robe au-dessus du genou et sans manches: 3m (5 m pour les plus grandes tailles)
  • Un haut sans manche : 1 m (2 m pour les plus grandes tailles)
  • Un pantalon droit: 1,50m (2 m pour les plus grandes tailles)
  • Une manche: 1 m

Deuxièmement, si vous souhaitez acheter votre textile au plus juste, il faut que votre patron soit déjà tracé et que vos pièces soient découpées.

Le plus souvent les textiles sont souvent coupés pliés en 2 pour avoir une symétrie des pièces du dos et/ou devant, couper des manches identiques en une fois… Pour faciliter l’explication, je vais me baser sur une laize de 140 cm (valeur la plus commune), ce qui pliée en deux nous donne une largeur de 70cm.

1) Rassemblez toutes les pièces de votre patron, notez les pièces qui n’auront peut-être pas de patron comme les biais et prenez en compte votre valeur de couture (est-elle comprise ou non dans le patron?)

2) Placez vos pièces les une à côtés des autres en prenant gardes à placer les pièces qui doivent être coupées dans le pli aux bords et en tenant compte de la valeur de couture. Placez-les de façon à ce que ces pièces ensemble représentent la largeur de 70cm.

placer les pièces comme sur le futur tissu
Placez les pièces en imitant leur position sur le tissu plié en deux

Vous pouvez aussi utiliser un drap de largeur 140 plié en deux afin de mieux vous représenter le futur textile.

Utiliser un drap pour connaître la quantité de tissu
Utilisez un drap pour imiter le futur tissu

3) Mesurez de l’extrémité de la plus haute pièce à l’extrémité de la plus basse, la distance à l’aide de votre mètre ruban. Vous avez ainsi la quantité de textile à acheter.

Mesurer la longueur de tissu nécessaire
Mesurez la longueur de tissu à acheter (longueur nécessaire)

Troisièmement, dans le cas de tissu à motif avec raccord, pour connaître la quantité de tissu supplémentaire nécessaire avec les motifs il faut:
1) mesurer la longueur du motif (le motif se répète tous les x cm)
2) connaître le nombre de pièce qu’il va falloir raccorder ex: dos-devant et les manches.
3)Ensuite il faut multiplier la répétition du motif par le nombre de pièce.
Exemple un motif qui se répète tous les 3 cm, et 3 pièces avec un raccord: 3*3= 9 cm . Il faudra prévoir 9 cm de tissu supplémentaire.

3. Si vous avez peur de ne pas avoir assez.

Si vous avez peur de manquer de tissu vous pouvez toujours commander plus, avec cette technique il n’y a pas d’erreur car vos pièces sont positionnées comme elles le sont sur le futur textile. Vous pouvez cependant par sécurité ajouter 10cm ou ajouter une quantité qui vous permettrait de faire un deuxième projet (accessoire ou vêtement) afin de ne pas vous retrouver avec une quantité de chute dont vous ne savez pas quoi faire.

Conclusion

J’espère que cet article vous aura été utile et vous permettra d’acheter votre textile en confiance. Merci pour votre lecture. N’hésitez pas à m’informer des sujets que vous aimeriez que je traite.

Vous souhaitez commencer à créer vos propres patrons vous pouvez commencer en cousant ce top à basque selon vos propres mesures avec une technique expliquée pas à pas ou vous pouvez lire cet article sur les outils nécessaires pour commencer le patronage. J’ai également écris un guide pour vous aider à bien mesurer votre patron, vous pouvez l’obtenir ici.

Thermocoller les thermocollants

Les questions autour des thermocollants sont très fréquentes. Afin de pouvoir y répondre en détail j’ai décidé cette semaine d’aborder ce sujet. Je vous parlerai donc de pourquoi utiliser du thermocollant, quels sont les différents types, comment le choisir, comment thermocoller vos thermocollants, quels tissus peut-on thermocoller et quelles parties du vêtement.

Qu’est qu’un thermocollant?

Les thermocollants sont des textiles tissés ou non qui comme leur nom l’indique collent sous l’effet de la chaleur. Les thermocollants permettent d‘entoiler. A la place du mot thermocollant vous pouvez également voir le mot Vlieseline (prononcé viseline) qui est en fait une marque de thermocollant.

Qu’est ce que “entoiler”?

Entoiler est le fait d’assembler le textile utilisé pour notre projet avec un autre textile dans le but d’obtenir un tombé plus joli, de rigidifier, renforcer ou encore d’éviter la déformation du textile. Cependant, dans le cas d’un vêtement l’entoilage ne doit pas modifier la souplesse d’un vêtement (livre l’encyclopédie de la couture singer).

Pourquoi utiliser du thermocollant?

On utilise des thermocollants pour entoiler une partie d’un vêtement, d’un accessoire ou d’une décoration. Pour un vêtement les pièces du patron les plus souvent entoilées avec un thermcollant sont: les rabats de poches, les cols, les revers de veste, les poignets, les ceintures et les boutonnières. Dans ces cas le thermocollant permet de donner plus de rigidité au tissu et, dans le cas de la boutonnière, il permet de lui apporter un meilleur maintien. Cependant, un thermocollant peut également permettre de faire un ourlet comme le cas du fixe ourlet ou de réparer un trou comme je l’ai fait avec ce tee-shirt.

Les différents types de thermocollants

Il existe différents types de thermocollants afin de répondre aux différents besoins des textiles et aux différents projets. Il y a deux grands types de thermocollants: les tissés et les non tissés (fiatlux-patron).

  • Les thermocollants tissés possèdent un droit-fil, une trame et donc il est possible de couper dans le biais. Le droit-fil se trouve parallèle à la lisière du thermocollant
  • Tandis que les thermocollants non tissés ne possèdent pas de droit-fil, les pièces peuvent être coupées dans le thermocollant sans tenir compte du sens.

La plupart du temps dans le commerce ce sont les thermocollants non tissés qui sont proposés car ils sont moins coûteux.

Les thermocollants peuvent être recouverts de colle sur une face ou deux faces. La face qui contient la colle est plus brillante et plus rugueuse.

Tout comme les textiles, les thermocollants se vendent au mètre, ils sont souvent en rouleaux d’une largeur de 90 cm (plus petite que celle que l’on retrouve couramment pour les textiles). La plupart du temps il existe en deux couleurs: noir ou blanc.

Les différents types:

  • les thermocollants tissés en coton (fin ou épais): ils peuvent être utilisé pour les vêtements ou les accessoires (exemple).
  • les thermocollants jersey: ils sont utilisés pour garder l’élasticité du jersey mais en le rigidifiant (exemple). Dans le cas des thermocollants jersey (ou stretch) faites attention à couper de façon à ce que l’élasticité du thermocollant soit dans le même sens que celle du textile.
  • les thermocollants non tissés: ils peuvent également être utiliser pour les vêtements ou les accessoires (exemple).
  • les thermocollants laine: ils permettent de donner de la tenue à la laine des manteaux tout en gardant sa souplesse (exemple).
  • les thermocollants molleton: ils sont épais et chauds. Ils sont utilisés pour faire les gigoteuses, les patchworks et les chaussons (exemple).

Comment choisir son thermocollant?

Si vous achetez votre thermocollant en magasin n’hésitez pas à demander conseil aux vendeurs en leur expliquant le tissu que vous allez utiliser et quelles parties vous allez thermocoller.

thermocollants
Exemple de thermocollants.

Si vous commandez votre thermocollant sur internet, regardez dans la description les applications pour lesquelles le thermocollant est fait (matières, élasticité, épaisseur). Il faut également que la température nécessaire pour coller votre thermocollant soit supportée par votre textile.

Voici des exemples de thermocollants de la marque Vlieseline, leurs caractéristiques et applications (livre Singer répond à tout):

  • H200 souple, se repasse, pour cotons légers, viscose et polyester
  • H250 souple, se repasse, pour cotons poids moyen, polyester, pour la réalisation de ceintures
  • H405 universel, se repasse, laines, soies, tricots, pour poignets, parementures, poches
  • H606 Stretch se repasse, pour tissus étirables
  • H608 Stretch se repasse, pour tissus étirables et qui doivent garder leur élasticité
  • LE420 se repasse, spécial pour cuirs, simili-cuirs, fausses fourrures et les tissus sensibles à la chaleur

Le dernier conseil que je vous donne est de toujours faire un test de votre thermocollant sur un petit morceau de votre textile et regarder si le rendu vous plaît et que le textile résiste bien à la chaleur lorsque vous posez le thermocollant. De même si vous hésitez entre deux thermocollants, faites le test avec les deux et prenez celui que vous préférez.

Comment thermocoller?

Le thermocollant se colle sur le textile en le repassant (il existe des entoilages à coudre pour les textiles qui ne se repassent pas).

Thermocoller
Thermocoller une pièce de coton
  1. Coupez les pièces de votre patron à thermocoller dans le thermocollant. Si les marges de couture ne sont pas ajoutées dans le patron pensez à les ajouter même pour le thermocollant. Si votre thermocollant est non tissé vous pouvez couper les pièces dans n’importe quel sens, et si c’est un thermocollant tissé il faut que vous coupiez dans le droit-fil comme indiqué sur vos pièces de patron (image ci-dessus).
  2. Posez la face avec la colle (face plus brillante et plus rugueuse) sur l’envers du textile à thermocoller.
  3. Vous pouvez protéger votre table à repasser et votre semelle de fer à repasser en posant un coton blanc entre le textile et la table à repasser et un autre entre la semelle du fer et le thermocollant (voir la figure ci-dessous).
  4. Ensuite pressez le fer chaud sur l’ensemble. La plupart du temps il faut rester 8 sec en place avec le fer à la température moyenne (2 points). Cependant, cela peut varier en fonction des thermocollants. Pour un résultat optimal, suivez les instructions de votre thermocollant si vous les avez. Il ne faut pas actionner la vapeur pour repasser le thermocollant. Cela dissout la colle. Le mieux est de vous déplacer point par point sans faire glisser la semelle du fer à repasser.
  5. Laissez refroidir complètement la pièce avant de la manipuler. Cela permet une durée de vie plus longue du thermocollant et évite qu’il ne se décolle pendant votre temps de couture.
Thermocoller
Thermocoller une pièce de tissu en protégeant la table à repasser et le fer à repasser

Quelles parties thermocoller?

Une grande question lorsque l’on doit thermocoller des pièces de son patron est, quelles pièces dois-je thermocoller?

Les pièces qui seront thermocollées sont doublées c’est à dire qu’il y a une partie sur la peau et une partie extérieure visible. Il y a donc 3 possibilités pour thermocoller: thermocoller les deux pièces, thermocoller la pièce contre la peau et thermocoller la pièce de l’extérieur.

Thermocoller les deux pièces: cela donnera le maximum de maintien de la pièce avec un côté plus rigide. Cela est parfait pour un col de chemise ou un poignet de chemisier.

Col de chemise thermocollé
Col de chemise thermocollé sur les deux faces

Thermocoller la pièce contre la peau: cela vous donnera un peu de rigidité et de maintien avec un côté naturel et souple sur le dessus.

C’est l’option que j’ai choisie pour réaliser ces poignets de chemise qui se replient. Le fait de thermocoller un seul côté dans ce cas est parfait car ce poignet n’as pas besoin d’être très rigide comme il se replie et cela donne un côté plus souple et un côté bien lisse sur le dessus.

Thermocoller la pièce extérieure: cela vous donnera un peu de maintien et de rigidité comme le cas précédent. C’est l’option que vous choisirez si vous souhaitez que ce côté rigide soit visible sur l’endroit de votre vêtement.

Sur quels tissus thermocoller?

Vous pouvez thermocoller tous les textiles qui peuvent être repassés. Vous pouvez thermocoller: coton, cupro, jersey, … suédine, simili cuir… lainage, drap de laine… Les seules règles à suivre sont que le thermocollant doit être repassé à la même température que le textile, et il faut choisir le thermocollant en fonction des propriétés du textile: élasticité, poids du textile, température pour le repasser. Si vous collez un thermocollant non élastique sur un textile élastique ce dernier va se déchirer et si vous collez un thermocollant trop léger sur un textile lourd cela n’aura aucun effet, alors qu’un thermocollant trop épais pour votre textile risque de ne pas faire esthétique et donner un rendu carton.

Et si…?

Si le thermocollant tache votre semelle de fer à repasser: Il existe plusieurs options. Faites chauffer votre fer et repassez une chute de tissu (quelque chose que vous n’allez plus utiliser). La colle va se transférer sur le tissu (petitcitron). Si cela n’est pas suffisant et qu’il reste des tâches sur votre semelle de fer à repasser vous pouvez la nettoyer avec du jus de citron et un chiffon doux ou du vinaigre et du sel (une pincée) avec un chiffon doux (labelleadresse).

Si de la colle se retrouve sur votre tissu: Si par mégarde de la colle du thermocollant se trouve sur votre tissu il faut mettre un morceau de tissu (une chute, quelque chose que vous n’allez plus utiliser) sur la partie qui a reçu par erreur de la colle et repasser sur l’envers. La colle va se transférer sur la chute et ne sera plus sur votre magnifique projet de couture.

Conclusion

Après la lecture de cet article vous devriez avoir les réponses à toutes vos questions sur le thermocollant. Et vous devriez savoir thermocoller vos thermocollants. Si jamais j’ai oublié de traiter un point ou que vous avez une question précise, n’hésitez pas à me la poser en commentaire, je me ferai un plaisir d’y répondre et de compléter cet article.

La semaine prochaine je vous expliquerai comment faire pour connaître la quantité de tissu dont vous avez besoin si vous avez créez votre patron maison ou que l’indication ne figure pas sur votre patron commercial.

Si vous souhaitez en savoir plus sur le droit-fil vous pouvez lire cet article. Et si vous souhaitez créer votre premier top à basque selon vos propres mesures vous pouvez lire cet article.